We Went Up North to Iquique

Samedi 1 et dimanche 2 novembre (Jour 26 et 27)


Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui: bus!

En début de matinée, nous nous rendons au terminal à pied, escortées par 4 chiens dont 2 mâles qui veulent choper la seule femelle du groupe et qui jouent à « je te grogne dessus, je te montre comme mes canines sont belles ».

*****

# Les chiens à Valparaiso (je ne sais pas si cela s’applique à tout le Chili) (je ne sais pas pourquoi je fais une fixette sur les chiens) (j’aime bien les chiens)

Lors de notre tour guidé de la ville, nous avons appris que la plupart des chiens sont des chiens SDF. Ils sont en effet pas très bien peignés et un peu sales comparés à ceux que nous avons rencontrés en Argentine, et ce sont pratiquement tous des bâtards. Mais ils ne sont pas du tout agressifs, juste un peu moins amicaux que les argentins. Ils donnent moins envie de les caresser.
La plupart des gens possédant un chien le laisse faire sa vie dehors en journée. Et quand un chien rencontre un chien, ils font quoi? des bébés chiens! Du coup la ville se retrouve avec pleins de chiens qui n’appartiennent à personne, mais aussi un peu à tout le monde; car les gens se sentent responsables du phénomène (ils n’ont qu’à pas laisser leurs animaux dehors ou alors les faire stériliser), et laissent un peu partout sur les trottoirs un peu de nourriture ou des bassines d’eau pour qu’ils puissent boire  (les chiens – même si SDF – ne sont en effet pas rachitiques).
Il n’existe pas de politique municipale pour enrayer le phénomène (pas de capture des animaux errants, pas de vague de stérilisation).

*****

Revenons-en au bus.

Départ 10h pour arriver le lendemain à 12h15 à Iquique, plus au nord sur la côte (41400 pesos = 55,72€) . Un record de trajet (26h)!

Nous avons remarqué que même si à la réservation de nos sièges on nous dit qu’il n’y a pas de repas inclus, en fait on a toujours droit à un petit sandwich le soir et du jus de fruit et un petit gâteau le matin (cette fois-ci un brownie au chocolat). C’est bien mieux qu’easyJet! 😉

Ce long trajet se déroule sans heurt, avec plaid et petit oreiller fournis. Nous avons droit à plusieurs films (Les Choristes, I am Legend, une comédie film sud-américaine, Sherlock Holmes, l’Or Noir). Des vendeurs ambulants montent aux arrêts proposer des encas.
Je passe principalement mon temps à lire un livre ou écouter des podcasts sur mon téléphone, à regarder un ou deux épisodes de série et à dormir. Surtout dormir. J’aime bien me réveiller le matin à des centaines de kilomètres du lieu initial et découvrir un nouveau paysage. Cette fois-ci ce sera des paysages arides, des dunes et des cactus sur la droite, l’océan et les rochers à gauche.

 

Lorsque nous arrivons à Iquique (320 000 habitants), il fait lourd. Les dunes de sable entoure la ville. On sent le désert autour de nous.

Nous choisissons l’hostel La Casona et y passerons 2 nuits, toutes seules dans une chambre de quatre (9000 pesos = 12,11€ la nuit).

Après une douche bien méritée, nous allons faire un tour en ville et longeons le bord de mer, des parapentistes dans le ciel, des chiliens sur la plage à faire des barbecues. Ici on ne se baigne pas, le courant est trop fort, le récif rocailleux. Par contre Iquique fait le bonheur des surfeurs doués (en combi, car l’eau n’est pas très chaude).

La ville est plus propre qu’à Valparaiso. Il y a moins de chiens. La conduite des chiliens diffère aussi beaucoup. S’ils conduisent comme des dératés à Valparaiso, accélérant même lorsqu’ils voient un piéton, à Iquique les voitures s’arrêtent toujours, en mettant leur warning pour te laisser passer (!).

Après quelques tournages en rond dans le quartier des terminaux de bus (chaque compagnie a son coin dans la rue, c’est donc un peu éparpillé) à essayer de trouver des renseignements pour le lendemain, puis quelques courses au supermarché, nous voilà de retour à l’hostel: ce soir, cuisine un peu plus élaborée! Riz + légumes sautés (et c’était bon).
On cuisine et dine à proximité d’un groupe de chiliens qui travaillent et logent dans l’hostel. Ils regardent du Jackass sur écran géant dans le patio en rigolant comme des golios. J’ai envie de meurtre.

 

Demain: visite d’une village fantôme!

 

Who let the dogs out [who, who, who, who ?!]
Who let the dogs out [who, who, who, who ?!]

(merci The Baha Men)

 

Publicités

Une réflexion sur “We Went Up North to Iquique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s