We Sing Along – Rurrenabaque

Samedi 22 novembre (Jour 47)


Le lendemain de notre retour de la jungle, Ptit Brie prend le bus pour la capitale tandis que de mon côté je retourne chez Amaszonas acheter mon billet d’avion pour lundi (650Bs = 76,20€). Première séparation avec Ptit Brie! On se retrouvera dans quelques jours dans le nord du pays au bord du lac Titicaca à Copacabana (révisez votre géographie).

Mais pour l’instant, revenons-en à Rurre.

Je change d’hôtel. Il était un peu trop mort pour moi toute seule et la chambre devenait plus chère sans Ptit Brie. Je déménage de l’autre côté de la ville – à 5 quadras/pâtés de maison – et prends mes quartiers à l’hostel Curichal pour les 2 prochaines nuits (40Bs = 4,69€ en dortoir de 8 lits pdj inclus).

Un petit détour par la boulangerie française et le marché parce qu’il ne faut se laisser dépérir, puis par la laverie parce qu’il ne faut pas se laisser aller, et je rentre à l’hostel lézarder dans un hamac et surfer sur le net.

 

Dimanche 23 novembre (Jour 48)


Un dimanche à Rurrenabaque. Dimanche tranquille, un peu pluvieux. Je me balade dans la ville.
Des enfants promènent une peluche en poussette. D’autres s’activent à essayer de faire tomber des mangues de leur arbre avec un grand bâton. Des régimes de bananes recouvrent les toits des voitures.

Et apparemment, le dimanche à Rurre c’est karaoké! Musique à fond, cordes vocales tendues, voici un aperçu de l’atmosphère qui règne (et donc avec bande son d’origine 😉 )

A mon retour à l’hostel, la chambre est remplie d’allemandes, je suis lost in translation. Lena et Marion sont là, de retour de leur trip dans la jungle.

 

Lundi 24 novembre (Jour 49)


L’heure du retour a sonné.
En fin de matinée, Corina – une allemande rencontrée à l’hostel – et moi prenons la navette de l’aéroport.

L’aéroport de Rurre ressemble à un grand hangar. Nous nous acquittons d’une taxe aéroport de 7Bs = 0,82€ à une demoiselle assise derrière son bureau en bois. Nous faisons la queue à un guichet pour montrer nos billets/passeport et donner nos bagages pour la soute de l’avion. Pas d’étiquette bagage à proprement parler, on fait confiance, nos sacs ne se perdront pas ;-). Puis en attendant que le passage “Sécurité” s’ouvre, une autre demoiselle passe dans les rangs et nous nous acquittons d’une deuxième taxe, la “Contribution au Tourisme” (15Bs = 1,76€). Un passage rapide sous le portique – pas de soucis avec les liquides, ça passe –  et nous voici de l’autre côté, au bord de la piste, à patienter que l’avion en provenance de La Paz attérisse et que nos fesses de touristes sur le départ remplacent celles de touristes sur l’arrivée.

C’est rigolo de voir l’organisation de ce minuscule aéroport face à ce tourisme de “masse”. Mais ça fonctionne bien!

Rendez-vous à Copacabana!

 

Le dimanche à Bamako c’est le jour de mariage
Le dimanche à Bamako c’est le jour de mariage
Les parents et les sympathisants sont au rendez-vous
Les copains et les voisins sont au rendez-vous

(merci Amadou et Mariam)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s