We Move as a Group – Salkantay

Dimanche 30 novembre (Jour 55)


Début de notre périple vers le Machu Picchu, avec le trek du Salkantay.

Après une nuit très courte, nous voilà debout à 2h45. Notre guide doit passer nous prendre à notre hostel entre 3h et 3h15.
Of course il arrive super à la bourre, juste pour nous dire à travers la porte qu’il revient dans 10min, il doit aller chercher d’autres personnes. Nous l’attendons donc à l’extérieur, ça ne devrait pas être long. Et bien si!

Les rues sont vides, si ce n’est quelques jeunes bourrés de la veille (samedi soir oblige): un mec qui pisse dans un coin, un autre qui vomit, d’autres qui zigzaguent dans les escaliers. Il est où ce fucking guide??

On aperçoit des gens un peu comme nous au coin de la rue, on fait amis-amis, ils attendent aussi le guide. Nous descendons ensemble les escaliers de San Blas et retrouvons d’autres participants en bas des marches. Toujours pas de guide. Au moins les gens ont l’air cool, ça tombe bien on va passer les 5 prochains jours ensemble.

Finalement le guide nous rejoint avec la dernière personne. On peut à present rejoindre le mini-bus qui doit nous emmener au point de depart du trek! … mini-bus qui se trouve à 5min d’ici, sur la place principale… Mais pourquoi diable ne nous a t-on pas donné RDV directement là-bas?? Bonjour l’orga de merde.

 

Il est 4h40 lorsque finalement nous prenons la route, plus d’1h30 (que j’aurais pu passé à dormir!) après l’heure initiale du RDV.

Pendant les 2h30 de bus qui nous éloigne de Cusco pour nous emmener à Mollepata, je dors (ah?). Après un petit déjeuner et un pesage de sac en bonne et dûe forme – 7kg max par personne qui se retrouveront sur des mules tirées par nos porteurs/cuisiniers – nous commençons enfin à marcher un peu avant 8h.

Qui sont nos compagnons de route?

Nous sommes 12 en tout. On nous avait assuré qu’on serait 9 max. Si plus, un guide supplémentaire est obligatoire (c’est la loi). Guide qu’on n’a pas vu bien-sûr. Pourtant il aurait pû compenser la nullité du nôtre (ou alors 2 nullos ça aurait été pire??)…

#Notre guideJorge (nul donc, mais il n’en a pas conscience apparemment). Début de la trentaine, péruvien, guide depuis 7 ans (il accompagne le trek du Salkantay une cinquantaine de fois par an).
Il revenait de 3 semaines de vacances, et s’était déshabitué de l’altitude: il était moins en forme que nous et on ne le voyait pratiquement jamais, du coup on n’a eu presque aucune explication/commentaire le long du trek. Les explications sur le site du Machu Picchu en lui-même étaient aussi très légères (nous avions 2h de guide sur le site prévues dans notre package).

Il parlait un anglais moyen mais on a vu pire, avait des tics de langage – ses « my friend » étaient insupportables (c’est bizarre en anglais ça ne sonne pas pareil que « amigo », surtout dans la bouche d’un couillon) – et lorsqu’il nous sentait un peu moins « dedans », il nous répétait qu’il fallait être positif, qu’il faisait juste son travail (justement non). En gros, que ça ne tenait qu’à nous pour que ça se passe bien. Et heureusement qu’on avait nous! Notre groupe était très bien (hormis 2 nanas hollandaises qui étaient un peu en dehors).

Il était assez maladroit (disons que ça venait de l’anglais qu’il ne maitrisait pas parfaitement) et on sentait bien qu’il voulait son pourboire à la fin du trek (et on a été des grosses radasses bien-sûr!).

Pour les pourboires des porteurs et cuisiniers qui nous ont quittés plus tôt, il a fait toute une cérémonie pas du tout naturelle. Il nous a réunis et nous a fait mettre en rond – les personnes concernées au milieu – nous a fait un discours plat, maladroit et rempli de blancs (« vos affaires ont été bien portées hein my friends? » « vous avez bien mangé hein my friends? »), nous a demandé à la fin si quelqu’un voulait rajouter quelque chose (et hop un autre blanc!), pour enfin en finir en donnant nos quelques billets. Awkward.

Il songe à monter sa propre agence et se mettre à son compte (pobrecito), voulait qu’on échange nos mails, qu’on mette des commentaires positifs sur le net, etc… A la fin des 5 jours il n’a pas trop insisté pourtant 😉

Bon, après il n’était pas méchant, juste énervant (et heureusement que ce voyage me rend zen 😉 )

 

#Les participants:

Deux hollandaises, début de la vingtaine, dont une qui était anorexique (literally), avait le mal de l’altitude et ne pouvait apparemment pas faire de gros efforts (et tu viens faire un trek de 5j dans les montagnes??). Elles étaient toujours à la traine, ne parlaient pas super bien anglais, et étaient donc un peu exclues du groupe. Mais elles étaient gentilles et ont bien dû en chier les pauvres.

Deux canadiens anglophones, Jackie et je-ne-sais-plus, 18 ans, qui venaient de passer un mois en Amazonie à faire du volontariat près de Puerto Maldonado. Gros sportifs, ils couraient devant; un petit moins vers la fin car lui s’était bien fait mal au genou et avait une patte folle, mais il tenait bien la cadence!

Une américaine de Californie du Nord, Annie, 18 ans, qui voyage pour un an avant son entrée à l’université. Toute mimi, elle a les yeux de la jeunesse qui découvre tout, rafraichissant. Elle faisait également du volontariat pendant son voyage (dans un centre de yoga vers la Valle Sagrada puis dans une cooperative de café).

Une américaine de Los Angeles, Monica, 22 ans, qui voyageait pour quelques mois avant de changer de voie professionnelle. Elle était acheteuse chez Gucci mais ça ne lui plaisait plus et voulait se reconvertir dans le tourisme sportif. Finalement à la fin de son voyage en Amérique du Sud elle décidera de reprendre ses études à l’université!

Une américaine de Seattle, Dawn, début de la trentaine, prof, qui voyage solo pour quelques semaines.

Une hollandaise, Petri, fin de vingtaine/début de trentaine, qui voyage aussi solo pour quelques mois.

Une slovaque, Maria, 27 ans. Et un belge, Kjeld, 26 ans, ancien militaire, un peu fou fou mais qui ne se la pète pas. En couple depuis quelques semaines avant de partir voyager, ils venaient de passer un mois en volontariat dans une école avec des enfants dans les alentours de Cusco. Le trek sonnait pour eux la fin de leur voyage. Kjeld repartirait pour un mois en janvier en Thailande pour faire une école de barman (pas sûr que leur relation ait survécue…).

Et nous, les deux pimpantes jeunettes! (?!)

 

Dans le prochain article, on passe aux choses sérieuses!

 

 

Ensemble, ensemble / 1+1+1+toi et moi.
Ensemble, ensemble / 1+1+1+tout le monde 

(merci Sinclair)

 

Publicités

3 réflexions sur “We Move as a Group – Salkantay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s