We Met Khali

L’histoire de Khali….

Premières impressions

Nous avons rencontré ce péruvien à Cusco, dans un restaurant végétarien. Il nous observait de loin depuis sa table puis nous a parlé avec deux trois mots en français et a fini par s’assoir à notre table le temps que nous finissions notre repas. Ca fait toujours plaisir de rencontrer des locaux. Même si celui-là était un peu bizarre. Mais divertissant!

Khali doit avoir la cinquantaine, cheveux longs, pas très grand et plutôt sec, typé indigène. Il joue dans un groupe de musique traditionnelle péruvienne (de ceux qu’on peut entendre aux JMF, vive le collège 😉 ). De son vrai nom David, il s’est choisi le nom de Khali, plus en phase avec ses croyances. Pour vous donner une idée, son adresse email est « espiritudelaselva » (esprit de la forêt), et ses éléments sont le feu, la pierre et le loup. Pour lui, tout est énergie. Un peu perché donc le gars, mais pas méchant. A chacun ses croyances!

Après cette rencontre pendant déjeuner, il nous a invitées à prendre un café et une patisserie non loin de là autour d’une place dans le centre de Cusco. Premier bon café (qui n’était pas en poudre!) que nous buvons du voyage, ça fait du bien!
Le serveur nous amène nos commandes, Khali bénit la nourriture les deux mains au-dessus de son plat. Tout est énergie, il faut remercier cette énergie qui nous est offerte. We are all connected you know.
Il nous explique qu’il manipule cette énergie, qu’il possède des cristaux, des plumes, qui l’aident dans cet exercice. OK… Toujours divertissant.

 

A la recherche du téléphone

Le lendemain nous partons faire notre trek du Salkantay, mais Khali veut nous revoir. Il sent une bonne énergie (on est des gens bien). On se donne donc RDV en fin d’après-midi, le temps pour nous d’aller faire quelques provisions au marché.

Ayant perdu mon téléphone le matin, Khali propose de m’aider à en acheter un nouveau, dans un marché en marge de la ville près du terminal de bus, là où les prix sont moins chers (surtout quand tu es un local 😉 ). Il nous propose de prendre un taxi pour s’y rendre mais nous sommes plus rassurées si nous marchons. Nous voici donc partis pour les abords de la ville. En chemin, Khali tourne en boucle, sur cette fameuse énergie, sur la corruption du gouvernement et des politiques, la manière dont sont traités les gens, etc… Ptit Brie décroche, je ponctue ses phrases de hmmm et ah.
Les prix au marché sont effectivement moins chers qu’en ville. On trouve de la contrefaçon chinoise pour encore moins cher (mais qualité pas du tout garantie!). Moi je veux un vrai téléphone (Samsung S4 ou S5)! Mais ça reste cher (S4: 1200s= 345€) et je n’avais pas prévu ce genre de dépense. Cela représente un budget de plusieurs semaines de voyage :-/
Bref, no rush. De toute façon nous partons pour une semaine de trek, je n’aurai pas besoin de mon téléphone là-bas. On verra donc en rentrant!

 

Un verre en ville

Nous retournons en ville, cette fois en taxi, Khali insiste. Et puis il ne nous reste pas beaucoup de temps avant l’heure du brieffing pour le trek avec l’agence. Juste le temps de prendre un verre vite fait au Papillon, un bar restaurant avec vue sur la place principale de Cusco. Khali joue là-bas quelques fois. Et devinez de quoi on parle? D’énergie bien-sûr! Il nous propose même de nous aider à nous « ouvrir », en nous précisant quand même qu’il n’y a rien de sexuel là-dedans. OK OK…
Il propose aussi d’aider Ptit Brie à améliorer son espagnol (il donne des cours) et de l’aider à trouver du volontariat dans les chevaux (il a de la famille qui possède des fincas/ranchs).
Et lorsqu’on lui dit que notre prochaine étape sera Arequipa, il nous annonce que ça tombe bien et qu’il avait prévu de s’y rendre dans les prochains jours, et que nous pourrions donc faire la route ensemble.

Plutôt que de boire nos verres cul sec, nous l’abandonnons quelque temps pour rejoindre l’agence avant de revenir au bar 1h plus tard. Il veut diner mais nous sommes fatiguées, devons nous lever super tôt le lendemain, et avons eu suffisamment de Khali pour aujourd’hui! Il est déçu mais c’est comme ça!
Nous nous donnons quand même RDV à notre hostel au retour du trek, pensant que d’ici-là il sera sans doute passé à autre chose.

Que nenni!

 

Dans l’antre de Khali

6 jours plus tard, nous le retrouvons en fin d’après-midi devant notre hostel. Nous avons prévu de prendre un bus de nuit pour nous rendre à Arequipa.
Il veut absolument nous montrer là où il habite, pas très loin d’ici, et nous faire découvrir son univers. Nous le suivons (ça sonne moins creepy qu’il n’y parait rassurez-vous, nous ne sommes pas inconscientes). Nous découvrons donc son petit appartement: cuisine/salon en bas, chambre en mezzanine.

Nous nous asseyons sur le canapé 2 places un peu décrépi, il nous offre du thé (il n’y avait pas de drogue dedans), et il nous lance un DVD sur son ordinateur portable. Il veut absolument nous montrer ses performances musicales et comment il monte à cheval.
Nous regardons une première séquence live de son groupe de musiciens, très mal filmée. Puis un deuxième DVD, celui-là plus « artistique », une histoire d’indiens parcourant la campagne sur leurs chevaux les cheveux au vent, et l’histoire de la Terre Mère, réalisé par un de ses amis. Les transitions entre les scènes sont dignes des clips des années 80 ou d’un PowerPoint des années 90, au choix. Nous étouffons nos rires avec Ptit Brie et nous demandons ce que nous foutons là. Cocasse. Incongru.

Il nous fait ensuite monter dans sa chambre (toujours pas creepy non). Il tient à nous montrer ses cristaux (au sens propre du terme hein!), ses attrape-rêves… Nous nous asseyons sur son lit et découvrons tout ça. J’ai l’impression d’être dans la chambre d’un adolescent ringard des années 90. J’aime beaucoup les attrape-rêves, mais ceux-là étaient vraiment moches et cheap: un rose fushia, un avec une tête d’aigle, un avec un cheval… Il nous raconte l’histoire de chacun, puis nous demande d’en choisir chacune un. Euh… Non merci?! On se dépatouille comme on peut, disant que c’est trop gentil, qu’ils ont une valeur sentimentale pour lui, qu’on voyage pour longtemps, qu’ils vont s’abimer… C’est pas grave il va nous les envoyer par la poste! re-Euh… On a finit par en choisir un (mais ne pas l’emporter avec nous) et par ne pas lui donner nos adresses.

Il nous a aussi montré ses affiches ‘hologrammes’, où selon comment on se positionne face à l’affiche on voit un loup ou bien un homme. De ces affiches que l’on voit parfois dans les toilettes de gens aux goûts raffinés… Je suis méchante?
Puis nous avons eu droit aux cristaux sur la table de nuit et aux plumes de je-ne-sais-quoi.

Bref, nous avons visité la chambre de Khali!

 

En route pour Arequipa

Puis vient l’heure d’aller diner, dans une super pizzeria de San Blas.
Il nous reste peu de temps avant de rejoindre le terminal de bus, Khali nous abandonne 15min le temps d’aller chercher son sac. 15min qui se transforment en 30min. Nous pensons à un faux plan, payons l’addition et sautons dans un taxi. Il est déjà 20h30 et a priori le dernier bus part à 21h.
Alors que nous tournons au coin de la rue avec le taxi, il me semble apercevoir Khali. Nous nous arrêtons donc et récupérons un passager, pas très content le passager. Il nous avait demandé de patienter, on lui dit qu’on l’a attendu pendant longtemps, qu’on n’avait aucun moyen de le joindre, blablabla. Il a eu un souci avec la pluie et le toit de son appartement, il a dû gérer ça avec son propriétaire. Bref. Direction le bus de nuit!Arrivés au terminal, Khali tient à nous rembourser le prix de la pizza car il avait dit qu’il nous invitait. Il est toujours contrarié. Il part ensuite gérer les billets de bus, il nous a dit qu’il pourrait négocier un bon prix. Et en effet! Nous payons 30s (8,60€) au lieu de 80s (23€)! Ca a du bon de prendre son ticket à la dernière minute (et de voyager avec un local)!

Le trajet se déroule sans heurt, chacun dans son coin et Schwarzy à l’écran.
Arrivés à bon port, Khali tient encore à s’excuser pour la veille (no need). Il nous emmène ensuite en direction de deux hostels qu’il connait. Ils ne nous inspirent pas, nous préférons un endroit cité dans le Lonely Planet. Et ça ne nous fera pas de mal d’être un peu éloignées de l’énergumène.

La rupture

Nous nous donnons néanmoins RDV à 13h pour le déjeuner, il connait un bon resto pour manger du ceviche (morceaux de poisson cru mariné et assaisonné, spécialité péruvienne => entrave à mon végétarisme :-/ ).
Tout le repas ne fut qu’un long monologue sur l’énergie, comment il peut nous apprendre à la sentir, l’utiliser, qu’il veut clarifier qu’il ne s’agit pas de sexe même si le sexe est énergie. bla bla bla. Plus si divertissant.

L’après-midi nous allons participer à un Free Walking Tour mais Khali nous propose de se voir après. Je lui dis que de mon côté je serai fatiguée et que ce sera sans moi, et que de toute façon on ne sait pas à quelle heure se terminera notre tour. Qu’à cela ne tienne, il nous attendra à 18h sur la grande place et verra bien si nous y sommes ou pas. OU PAS.
Nous avions terminé notre activité de l’après-midi mais ne nous sommes pas rendues au RDV. Overdose!

C’était la fin de Khali.
Peut-être que si effectivement il maitrise bien les énergies, il aura senti que nos chakras s’étaient un poil refermés 😉

 

What about sunrise
What about rain
What about all the things
That you said we were to gain…

(merci Michael)

 

Publicités

3 réflexions sur “We Met Khali

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s