We Are All Smiles – Galapagos #2

Mercredi 17 décembre (Jour 72)


Levés à l’aube, nous voici tous les quatre (Juan, Chuck, Ossana et moi) partis pour Tortuga Bay, une plage de sable blanc réputée pour être toute jolie et où on peut faire du snorkelling. Je préfère me lever tôt pour ce genre de choses plutôt que pour aller au boulot (je m’excuse auprès de toi qui est derrière ton écran en train de lire ça au boulot 😉 )!

 

Premières découvertes

Un petit passage par le centre de plongée où travaille Chuck pour récupérer des masques qu’il va gentiment nous prêter (sinon c’est environ 4$ la location à la journée), puis un stop pour acheter de l’eau et des bananes et nous nous dirigeons vers la plage, située à 3km de la ville, par un chemin pavé de pierres inégales (j’ai un peu regretté d’être en tongs).
Nous débarquons sur une immense plage déserte. Aucune trace de vie humaine mais par contre on découvre de la vie animale. En marchant le long de la plage pour en rejoindre une autre de l’autre côté, encore plus jolie parait-il, nous remarquons des traces dans le sable, sortant de la mer et traversant la plage dans sa largeur, jusqu’à de petites buttes de sable. Des tortues géantes! Elles ne sont plus là mais je regarde ces traces dans le sable et je devine leur corps (au moins 1m de large), leurs pattes avec lesquelles elles se sont hissées jusque là, et leur petite queue trainant derrière. Elles sont venues ici déposer leurs oeufs puis sont reparties vers le large. C’est émouvant.
Il y a aussi des iguanes marins un peu partout sur la plage.

Cette autre baie est effectivement muy bonita: toujours du sable blanc, des mangroves sur notre droite, des roches volacaniques parsemées de cactus sur notre droite, un peu de végétation derrière nous (mais interdiction de franchir les barrières, c’est le territoire des iguanes, il ne faut pas déranger leur ponte).

 

Vue sous mer

Il n’est même pas 9h que nous avons nos masques sur le nez et la tête sous l’eau. J’appréhendais un peu l’entrée dans l’eau – moi qui fais la difficile pour rentrer dans la Méditérannée au mois d’août – mais en fait ça s’est bien passé, je n’ai pas trop couiné. J’imagine que le côté « découvrir un paradis sous l’eau » a joué sur mon inconscient 😉 A priori la mer aux Galapagos oscille entre 18 et 23°C (et on n’est pas à la saison la plus chaude).
Je découvre des petits poissons colorés, mais l’eau est assez trouble, on ne voit pas très loin. D’où mon énorme surprise lorsque j’aperçois une énoooooorme tortue passer juste en-dessous de moi. Je ne l’avais pas vu venir celle-là! Je souris dans mon tuba.
Nous apercevrons deux autres tortues un peu plus tard en continuant notre exploration, mais aussi (désolé, je suis nulle en poissons) des poissons noirs avec une bouche bleue, des poissons jaunes, des poissons clown, des poissons perroquet, des sardines… Je suis joie.
Tout ça mérite bien une petite sieste pour me remettre de  mes émotions!

 

Vue sur mer

A mon réveil j’observe la vie depuis la plage. Un équatorien installe sa location de kayaks, un pélican se laisse porter par le clapotis des vagues, quelques iguanes se baladent sur la plage, quelques autres nagent dans la mer (c’est marrant comment ils se tortillent pour avancer), des crabes orange fluo jouent aux peureux sur les rochers, un bébé requin à pointe noire nage près du bord.

Tortuga Bay - Galapagos
Tortuga Bay, Playa Mansa – Galapagos

 

En début d’après-midi, après 6h passés à Tortuga Bay, nous retournons en ville. Nos ventres gargouillent!
Après le déjeuner, Ossana et moi allons acheter un billet de ferry pour nous rendre sur Isabela, une autre grosse île à l’ouest de Santa Cruz (normalement 30$, négocié à 25$/20,30€). Je serais bien allée dans le centre de Santa Cruz le lendemain visiter les tunnels de lave mais je pourrai toujours y aller quand je reviens d’Isabela.

Puis nous rentrons tous à la Casa après une petite glace à l’italienne vanille-passion (1$)

 

Galapagos, tu ne déçois pas!
Je me doutais que la faune était bien présente dans l’archipel, après tout  il est célèbre pour ça, mais à ce point… En faire l’expérience ‘en vrai’ est assez incroyable. Et ce n’est que le début!

 

You’re never fully dressed without a smile
And if you stand for something you can have it all
If it’s real, you’ll open every door
You’re never fully dressed without a smile 

(merci Sia)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s