We Are in the Loop #1 – Quilotoa

Jeudi 15 janvier (Jour 101)


Nous nous levons de bonne heure pour commencer cette fameuse boucle de Quilotoa, qui nous fera découvrir pendant quelques jours de jolis paysages andins.

 

*****

\We Learn Things
La boucle de Quilotoa:
Quilotoa est une lagune large de 3km située à 3900m d’altitude, formée par l’effondrement d’un volcan il y a plus de 800 ans. Il s’agit donc en réalité d’une caldera, qui a depuis tout ce temps accumulé une profondeur de 250m d’une eau couleur verdâtre.
Cette lagune est le point culminant (dans tous les sens du terme) de la boucle – d’où son nom ‘Quilotoa Loop’ – qui s’effectue généralement en randonnant, traversant des petits villages de la campagne équatorienne.

*****

 

Il est beau mon poulet
Nous prenons le bus depuis Latacunga pour rejoindre Saquisilí, le premier village choisi dans notre parcours (50min de trajet, 0,30$).
C’est jour de marché. Nous déambulons parmi les étals de la place centrale: les fruits et les légumes en contrebas, les vêtements, bijoux, et autres artisanats au fond, des petits papis à la machine à coudre sur la gauche, de pauvres petits poulets entassés dans des cartons sur la droite.
Ptit Brie s’offre une aquarelle, nous nous achetons du pain, nous goûtons à la panela (du sucre non raffiné avec lequel prépare notamment une boisson tout à fait ragoutante: agua de panela)

Nous nous dirigeons ensuite vers une autre place où se tient le marché aux bestiaux réputé dans toute la région. A chaque animal son petit coin: en bas à gauche les cuyes (cochon d’inde, qui se mange et qui est un plat noble et cher), puis les lapins, et les poulets. De l’autre côté on aperçoit quelques chèvres, cochons et vaches. Les gens se tiennent en rond autour des animaux: ça discute, ça tâte, ça échange des billets, ça enfourne dans son sac.
Un mec traverse la rue avec une porte (!) sur le dos.
Pendant ce temps-là, une camionette tourne autour de la place – l’arrière rempli de noix de coco – et attire le chaland pour un jugo de coco.
Quelques mamies se baladent avec des sacs de pommes de terre qui miaulent: des chatons, au fond. Ca fait mal au coeur.

Le marché sur les rues adjacentes, avec cette fois des étals de tout et n’importe quoi: des vêtements, des chaussures, des outils, un peu d’électronique, etc…Tu peux te peser moyennant 50 cents aussi si tu veux

Marché de Saquisilí
Marché de Saquisilí

Vers 11h nous prenons un autre bus (le seul de la journée, à ne pas louper!) pour nous rendre à notre prochaine étape: Isinliví (2$).
2h30 plus tard le bus nous débarque au beau milieu d’un hammeau complètement désert et continue sa route. Euh…

 

Mais que fait la police?!
Notre plan est de continuer à pied vers notre prochaine étape, le village de Chugchilán, mais c’est par oú Chugchilán? Quelques minutes esseulées, puis Ptit Brie va à la rencontre d’un policier qui vient de se garer sur le bas-côté pendant que je m’assois sur les marches de l’église.
Le flic propose de nous avancer un peu et de nous déposer à la rivière qui croise la route en contrebas du village. Nous n’aurrons plus qu’à suivre le cours de la rivière pour arriver à destination. OK!

On se fait donc embarquer par les flics 😉 à l’arrière de la voiture aux vitres en plexiglas, une paroi avec des petits trous nous séparant du conducteur. Il y a une matraque à nos pieds. Et si c’était nous les méchants?

 

Lost in translation countryside?
Nous commençons donc à longer le fameux cours d’eau peu après 14h. Il fait bon, des vaches paissent l’herbe verte des rives de la rivière, tout va bien. So far

Vas-y suis la rivière
Vas-y suis la rivière

1h plus tard, pas de village en vue. NADA en vue. Juste une rivière, des collines, des vaches, des moutons, des chevaux, une ou deux fermes par-ci par-là. Nous sommes perdues dans la campagne équatorienne profonde.
A chaque fois que nous demandons notre chemin aux quelques paysans que nous croisons, à chaque fois nous comprenons à moitié ce qu’ils nous racontent (ils ont un accent difficile dans la pampa, surtout quand ils n’ont pas de dents), mais tous nous répondent: « tout droit dans 2h30 ». C’est toujours à 2h30 peu importe le chemin parcourru jusqu’à lors, et ça fait plus d’une heure, puis 2h, 2h30, que nous marchons. Moralité: ne jamais faire confiance à la police!

 

Quand le sage montre la lune…
A un moment on se décide d’arrêter de longer cette f***ing rivière. On tombe alors sur une famille travaillant dans son champ. Ils nous montrent le versant de la colline juste derrière nous et nous disent que c’est par là. On demande un peu plus de détails au patriarche mais la seule réponse auquelle nous avons droit est que son fils de 5 ou 6 ans peut nous accompagner au sommet moyennant une petite pièce. Euh… Non merci! Belle mentalité monsieur, je ne vous félicite pas! On va se débrouiller.

Arrivées en haut: NADA. Enfin si: d’autres collines à perte de vue :-/ On voit bien quelques habitations au loin mais des collines et des vallées et des kilomètres nous séparent.
Il commence à se faire tard, la nuit va bientôt tomber. Ptit Brie est saoûlée et commence à stresser.
On croise alors une bergère, sortie de nulle part, qui nous montre un chemin et nous dit qu’il faut grimper la colline et continuer vers la droite. Mouais… on nous l’a déjà faite celle-là Bergère!

Arrivées au sommet, nous apercevons quelques traces de passages humains: quelques fermes, plusieurs chemins. Nous croisons une femme et lui demandons notre chemin. Bien-sûr on ne comprend absolument rien mais suivons vaguement la direction de son bras (« …l’imbécile regarde… »).
Miracle! Plus on avance, plus on voit de la vie: des maisons, des gens, et même des voitures! Nous sommes sur la bonne voie \o/ On nous confirme que nous sommes à présent à 30min de notre destination.
Un petit peu désespérées quand même, nous nous mettons en travers de la route lorsque nous apercevons un camion à bétail s’approcher et nous hissons à l’arrière. 10 min plus tard – mais surtout 3h30 après être parties – il nous dépose à notre auberge. Hourra!

 

 Many rivers to cross
But I can’t seem to find my way over
Wandering I am lost

(merci Jimmy)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s