We Go to the Market – Otavalo

Jeudi 22 janvier (Jour 108)


Nous quittons Quito pour rejoindre Otavalo un peu plus au nord à 2h de bus. La ville est réputée pour son marché artisanal, l’un des plus prisés d’Amérique latine.

L’arrivée à Otavalo est cocasse: le mec du bus ne nous a pas prévenues de l’arrêt et a continué sa route. Sympa! On s’en est rendu compte alors que le bus entrait sur l’autoroute. Pas de souci voyons! Il nous dépose 100m après le péage au bord de la route et démerde toi Germaine…
Nous revenons alors sur nos pas et tentons de faire du stop, en vain. Il y a bien des bus qui viennent dans notre direction mais ou ce sont des directs Quito, ou ils sont pleins et ne prennent pas la peine de s’arrêter… Le quatrième sera le bon!

Arrivées en ville, nous allons prendre des renseignements à l’itur, voir ce qu’on peut faire dans le coin. Et une fois n’est pas coutume, ils ont été utiles et de bon conseil!
J’envisageais après Otavalo d’aller plus au nord vers Esmeralda, là où il y a des mangroves et moins de touristes, ils nous ont découragées: pas très sécure, proximité avec la frontière colombienne oblige. Ils nous ont aussi conseillées quelques sorties à la journée à faire dans les environs.

 
Vendredi 23 janvier (Jour 109)


Le lendemain, alors que Ptit Brie n’est pas au mieux de sa forme, je pars à pied rejoindre la cascade Peguche.

Autour d'Otavalo
Autour d’Otavalo

Bien-sûr je me perds un peu et je n’ai pas dû prendre le chemin le plus court, mais cette petite balade était agréable.
Elle m’a amenée sur un point de vue d’un lac, j’ai marché dans la pampa jusqu’au Parque del Condor (où je ne suis pas entrée mais qui est à recommander a priori), et de là j’ai pris un « raccourci » dans les champs et la forêt où heureusement j’ai rencontré un jeune ado qui m’a guidée jusqu’à la cascade parce que il y avait des mini chemins partout (plutôt des traces de passage de VTT)!

L’arrivée à la cascade se fait en longeant la rivière, où l’on croise aussi des piscines naturelles où des écoliers batifolent. Une vraie tranche de vie locale.

Autour d'Otavalo
Autour d’Otavalo

J’ai ensuite pris le bus pour retourner en ville et retrouver Ptit Brie.

 
Samedi 24 janvier (Jour 110)


Jour du grand marché à Otavalo. Nous déambulons sur la place principale remplie d’étals et de touristes. Bijoux, chapeaux, vêtements, artisanat… C’est un marché très coloré, qui s’étale sur plusieurs rues adjacentes, où l’on trouve de tout.

Autour d'Otavalo
Ces belles grosses têtes de cochon font bien envie pour le petit dej non?!

Je me décide enfin à acheter un chapeau (un montecristi, 20$), m’offre quelques bracelets de fil en souvenir du pays, déguste 2 ou 3 verres de jus de mûre-coco.

 

Nous nous dirigeons ensuite juste à l’extérieur de la ville de l’autre côté de la panamericaine, visiter le marché aux bestiaux. Il est 10h, nous assistons à la fin du marché, mais c’est largement suffisant pour moi! La condition animale n’existe pas ici.
Les animaux sont entassés les uns sur les autres, attachés les uns aux autres… Je n’aime pas! C’est une belle piqûre de rappel à mon végétarisme.

Autour d'Otavalo
Le marché aux bestiaux – Otavalo

 

Nous passerons l’après-midi dans le bus direction la frontière colombienne. C’était notre dernier jour en Equateur!

 

 

I’m gonna take you down to the market, lover
Cuz that’s where the trouble starts
You gotta get it into your heart

(merci The Kooks)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s