Wildlife and Tourist Activities

Hier cet article du National Geographic est apparu dans mon feed Facebook: TripAdvisor Accused of Promoting Cruel Animal Attractions. Je voulais juste le relayer sur ma page Facebook, puis j’ai réalisé que j’avais bien trop de choses à dire.

Cet article questionne la responsabilité des entités faisant la promotion d’activités de divertissement au contact des animaux (balades à dos d’éléphants, delphinariums, temples de tigres, fermes d’ours,…), notamment le tout puissant Tripadvisor, qui s’est dernièrement attiré les foudres des défenseurs des animauxIl.  ouvre aussi la réflexion sur la responsabilité de chacun face à ces dites activités: Sommes-nous suffisamment informés des conséquences de nos actions? A quel point sommes-nous prêts à fermer les yeux pour notre propre divertissement?

Cet article a fait écho en moi, parce que je suis sensible au sujet, mais surtout parce que j’ai vécu une expérience de volontariat auprès d’éléphants en Thailande. Cette expérience m’a amenée à me poser beaucoup de questions sur l’association bien-être de l’animal/activités touristiques et la réalité mais surtout sur la perception que nous pouvons avoir de ces choses. Rien n’est jamais noir ou blanc, y compris en ce qui concerne la sauvegarde animale.
Mais on en reparlera de tout ça plus en détails bientôt, les articles sur mon volontariat dorment depuis des semaines dans mes brouillons et je compte bien les poster!

Revenons à notre article du National Geographic et la mise en cause de Tripadvisor dans la promotion d’activités qui nuisent à la cause animale. Qu’en penser? Que faire?

\ Interdire l’apparition et donc la promotion de ce type d’activités sur le site web?

\ Laisser les choses telles qu’elles sont sous couvert de liberté d’expression?

\ Ne pas considérer uniquement les avis utilisateurs pour définir la popularité des activités au moment de faire leur classement? Créer un label permettant d’identifier les activités considérées comme acceptable d’un point de vue éthique? Mais sur la base de quels critères et définis par qui?

\ Informer/Communiquer/Eduquer les gens sur leurs pratiques?

 

Boycott et liberté d’expression
Faut-il boycotter ce qui est contraire à l’éthique, ce qui dérange?
Cela me fait penser à la récente déclaration de JK Rowling sur Donald Trump et la pétition visant à le bannir du Royaume-Uni: « His freedom to speak protects my freedom to call him a bigot. His freedom guarantees mine. »

Interdire l’apparition sur Tripadvisor de ces activités douteuses engendrerait assurément une baisse d’activité pour ces lieux touristiques. Mais qu’en est-il de la liberté d’expression?

« It’s up to travelers to share their candid feedback on attractions, said Desiree Fish, a TripAdvisor spokeswoman. That way, if they have a bad experience or concerns about animal welfare, they can share their assessments with others to shine a light on bad practices. »

Il appartient aux voyageurs de partager leur propre avis sur les activités. Ainsi s’ils ont vécu une mauvaise expérience ou des craintes par rapport au bien-être animal, ils peuvent partager leurs ressentis avec les autres utiisateurs et mettre en lumière ces mauvaises pratiques.

Après tout, Tripadvisor est un site collaboratif dont les fondements sont ses avis utilisateurs (qui sont souvent positifs sur ce type d’activités). Si la majorité des avis penchent du côté positif, il doit bien y avoir une raison, non? Le fait même qu’il s’agisse de l’avis du plus grand nombre ne devrait-il pas légitimer de facto le droit d’afficher l’information? La vérité ne se situe t-elle pas du côté de la majorité? Non (pas toujours).

« The average tourist doesn’t have the capacity to identify cruelty to animals because sometimes that cruelty is not overt. »

Le touriste moyen n’a pas la capacité de reconnaître la cruauté envers les animaux car parfois la cruauté n’est pas évidente.

Si je reviens sur mon expérience à ElephantsWorld, ma vision de volontaire diffère grandement de celle du touriste lambda en visite pour la journée. Les avis Tripadvisor reflètent bien le ressenti des visiteurs sur l’endroit. De mon côté, je suis bien plus partagée, être en coulisses apporte un autre éclairage sur les choses.

Souvent, confronter un avis amateur (celui de la plupart des gens) à un avis expert sur un même sujet peut créer des réactions tout à fait contradictoires. Rappelons-nous de Galilée: le pauvre bougre fut emprisonné parce qu’il osa déclarer que la Terre était ronde alors que le monde la pensait plate.

 

Label
Il y aussi la question du label, abordée dans l’article du National Geographic. Le sanctuaire où j’étais, même s’il n’est pas irréprochable, reste l’un des meilleurs endroits en Thailande pour être intéragir avec des éléphants. Mais lui donnerait-on un label ‘animal welfare’ pour autant? C’est la même chose pour les zoos: certains sont horribles, d’autres oeuvrent pour la sauvegarde de certaines espèces. Si un label était mis en place, les critères seraient difficiles à définir et à appliquer…
Tout n’est pas noir ou blanc, à nous de nous informer.

 

Sensibilisation
En Thailande, tout le monde veut sa photo avec un éléphant, se balader sur son dos. Mais il ne faut pas oublier que l’éléphant est un animal sauvage. Il a dû être contraint à cette activité touristique via une pratique abominable (crush/phajaan) visant à casser son esprit pour le soumettre à l’homme. De plus, son dos est la partie la plus fragile de son anatomie, il se tue à la tâche – littéralement – à porter des touristes toute la journée.

Beaucoup de personnes ne sont pas vraiment au courant de cet envers du décor (ou refusent une vérité qui les dérange). Il faut du temps et de l’éducation pour faire évoluer les choses. Rappelons-nous de la cigarette: il y a quelques décennies fumer était considéré comme anodin, voire bénéfique. On en faisait la publicité, le héros de chaque film se devait d’avoir une clope au bec parce que c’était cool, on fumait dans les lieux publics il n’y a encore pas si longtemps… Aujourd’hui, on sait.

Ces derniers temps on constate aussi une prise de conscience par rapport aux cirques. Certaines mairies bannissent les cirques de leur localité. On réalise que mettre des animaux en cage, leur faire faire des tours, etc. leur fait du mal.

J’ai toujours été sensible à la cause animale mais lorsque j’étais plus jeune je ne me suis jamais posée la question de ne pas aller au cirque parce que c’était mauvais pour les animaux, idem pour les parcs aquatiques (regardez les polémiques face à Sea World et Marineland). Now I know better. On se renseigne, on s’éduque, on se sensibilise. Un jour, peut-être que les balades à dos d’éléphant disparaitront des circuits touristiques. Les mentalités évoluent.

« Most people who want to interact with wild animals on vacation are actually animal lovers. Most people just don’t realize why certain activities are bad for animals. »

La plupart des gens qui veulent interagir avec des amis sauvages pedant leurs vacances sont en réalité des amoureux des animaux. Ils n’ont juste pas conscience du mal que certaines activités font aux animaux.

 

Si la demande change, l’offre évolue.
De plus en plus d’acteurs du tourisme retirent de leur offre ce type d’activités avec des animaux.
Le sanctuaire dans lequel j’ai été volontaire a arrêté il y a quelques mois de proposer aux visiteurs de monter sur le dos des éléphants, non pas parce qu’ils considéraient que c’était vraiment mauvais pour l’animal mais parce qu’ils ressentaient une certaine pression de la part des touristes occidentaux. Any victory is a victory, right?
Les mentalités évoluent.

« Many wildlife tourist attractions don’t seem too bad on the surface: swimming with dolphins, orca shows, or even photo opportunities with lions, tigers, and monkeys. But animals at these attractions are often kept in unnatural, confined, and sometimes unsuitable environments and lack adequate veterinary care. Interactions with humans can cause psychological and physical trauma, which can shorten life spans and result in more wild animals entering the industry. »

De nombreuses attractions touristiques avec des animaux n’ont pas l’air si mauvaises en apparence: nager avec des dauphins, assistter à un spectacle avec des orques, ou même prendre unen photo avec des lions, tigres, ou singes. Mais les animaux dans ces attractions sont souvent maintenus dans des conditions non naturelles, de confinement, parfois inadéquates et manquant de soins vétérinaires appropriés. Les intéractions avec les humains peuvent provoquer des traumatismes psychologiques et physiques, réduisant l’espérance de vie et augmentant le nombre d’animaux sauvages utilisés dans l’industrie.

 

De la responsabilité de chacun
Une certaine subjectivité quant à l’exploitation animale rentre aussi en ligne de compte. Certains arrêteront les balades à dos d’éléphants mais continueront d’aller voir des spectacles de dauphins par exemple. Certains vont boycotter les zoos, d’autres s’y rendront avec plaisir. Et bien entendu, certains n’en auront jamais rien à faire de la cause animale. Ils voudront juste vivre leur expérience sans se soucier de quoi que ce soit d’autre que leur petite personne. Ils voudront toujours aller caresser le tigre, monter sur l’éléphant, plonger avec le crocodile, nager avec les dauphins,…
Mais les mentalités évoluent 😉

 

Laissons le temps faire son oeuvre (mais pas trop longtemps quand même hein!), légiférons parfois, et ne cessons pas de nous poser les bonnes questions et de nous éduquer.

\Pour aller plus loin:
Guide to being animal friendly on holiday

 

Graver l’écorce
Jusqu’à saigner
Clouer des portes
S’emprisonner
Vivre des songes
À trop veiller
Prier des ombres
Et tant marcher

(merci Jean-Jacques)

Publicités

5 réflexions sur “Wildlife and Tourist Activities

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s