Expatriation, Tour du monde… : Checklist avant départ à l’étranger

Ca y est, je rentre dans la période où mon cerveau est en ébullition, listant les listes virtuelles de mes listes listées. En boucle. Je pars dans une dizaine de jours, il est temps. Les listes ça rassure, ça fait organisé. Tout ce dont j’ai besoin right now.

Je suis un peu sereine – parce que je suis déjà passée par la case départ lorsque je suis partie en tour du monde, et parce que je sais bien que tout va bien se passer – et un peu stressée – parce que nouveau départ, préparatifs et saut dans l’inconnu.

Voici un récap qui pourrait aider ceux en partance pour l’étranger. On est ici plutôt dans un contexte d’immigration/expatriation, même si la plupart des points ci-dessous sont également pertinents pour les voyageurs au long cours avec date de retour prévue.

(Je mets de côté la partie passeport, visas, permis de travail etc… on part du principe que votre pays d’accueil est prêt à vous recevoir)

 

1- Résilier ses contrats en cours: eau/gaz/électricité, téléphone, internet, assurances, salle de sport, carte de transport, appart, boulot, …

2- Faire son suivi de courrier La Poste. Cela marche aussi à l’international: ~130€ pour 1 an.

3- Scanner tous les papiers importants:
C’est bien d’avoir à disposition tout ce qui pourrait servir à votre établissement à l’étranger et être utiles dans votre nouvelle vie: diplômes, contrats, fiches de paie, passeport, etc. Moi j’ai scanné toute ma vie et l’ai mise sur Digiposte, un coffre-fort numérique. C’est très bien fait et sécure. Vous pouvez aussi y rattacher certains organismes (impôts, EDF, Free, retraite…) et leur demander d’y mettre à disposition vos documents. J’ai eu un accès il y a quelques années via mon ancien boulot, mais a priori créer un compte est gratuit.

4- Informer les divers organismes de son départ à l’étranger:
Impôts, banque, CAF, CPAM, Pole Emploi, caisse de retraite… Là, c’est la partie chiante, et un peu nébuleuse.

\ Impôts:
Il faut les avertir du départ à l’étranger, la règle principale étant que si vous résidez plus de 6 mois en dehors des frontières, vous n’êtes dès lors plus considéré comme résident français et passerez alors du côté des « non-résidents ». Mais il se peut que vous ayez toujours des impôts à payer en France, notamment si vous avez des revenus locatifs, certains types de placements financiers,…
Selon le pays d’accueil, il  existe parfois des conventions fiscales, renseignez-vous.
Plus d’infos ici ou email à sip.nonresidents@dgfip.finances.gouv.fr

FYI, lors de mon tour du monde, j’avais informé mon centre des impôts de mon voyage et leur avais communiqué une adresse postale française de contact uniquement (ie pas de taxe d’habitation à payer).

\ Banque:
Si vous avez choisi de conserver une banque en France (recommandé, au moins pour les premières années pour payer ses éventuels impôts français, s’en servir lors de vacances en France…), il convient de les informer de votre déménagement à l’étranger. Et aussi en profiter pour:
– Vérifier la durée de validité de votre CB et la renouveler si besoin.
– Leur demander d’augmenter le plafond de votre carte, au moins pendant la périodes de préparation et d’installation.
– Faire le point concernant vos placements financiers. Pour info, on peut par exemple détenir un livret A ou PEL en étant non-résident français mais pas un livret jeune, LDD ou LEP.
– S’informer sur leurs conditions tarifaires: coût d’un retrait à l’étranger ou d’un paiement en devises, frais de virement à l’international (émission et réception), taux de change appliqué à la conversion (le mieux étant celui de la BCE).
– Demander s’ils ont des partenariats avec certaines banques de votre pays d’accueil (ce qui vous permettrait de retirer sans frais avec votre CB française à certains ATM par exemple).

\ Pôle Emploi:
Peu importe votre situation, inscrivez-vous à Pole Emploi dans les 12 mois suivant la fin de votre contrat de travail, y compris si démission et y compris si a priori vous n’avez droit à rien. Vos droits peuvent être gelés jusqu’à 3 ans, et des indemnités pourraient se débloquer à votre retour (ils regardent votre historique de travail jusqu’à 5 ou 10 ans en arrière). Il faut donc s’inscrire, les informer de votre départ à l’étranger (période pendant laquelle vous ne toucherez aucune indemnité), et à votre retour – si dans les 3 ans – vos droits seront réactivés.
Si vous touchez aujourd’hui en France des allocations chômage, vous n’en toucherez plus demain à l’étranger, c’est la loi. Il faut résider en France pour en être bénéficiaire. Toutefois, Pôle Emploi vous permet de poser 35j de congés par année calendaire. Vous pourrez donc toucher ces 35j d’indemnités en toute légalité après votre départ si vous les en informez.
Plus d’infos ici ou email à expatries@pole-emploi.fr

\ CPAM (assurance maladie):
La règle veut que si l’on passe plus de 6 mois à l’étranger, il faut informer la CPAM pour se faire radier (et ainsi rendre sa carte vitale). Je ne l’ai pas fait pendant mes 20 mois de voyage et rien à signaler à mon retour, ma carte vitale était toujours valide. Apparemment, beaucoup de personnes en se faisant radier ont rencontré des soucis à leur retour, et lorsqu’on cherche des infos, selon à qui l’on s’adresse au sein de la CPAM, les réponses diffèrent (les joies de l’administration française!). A vous de décider donc.
Attention, un délai de carence de 3 mois est généralement appliqué à votre retour en France, pendant lequel vous n’aurez pas accès à la SECU.
Plus d’infos ici

5- Santé:
Faire un bilan de santé (généraliste, gyneco, ophtalmo, dentiste…). Le faire en France sera toujours moins cher qu’ailleurs.
– Vérifier vos vaccins (y compris les rappels à faire).
– Si traitement longue durée (ou pour votre pilule mesdames), demandez 6 mois ou 1 an de traitement à votre médecin (attention, tous les médecins/pharmaciens n’acceptent pas de le délivrer). Bien faire inscrire le nom de la molécule (universel) et non le médicament (variable selon pays) sur l’ordonnance, cela vous sera utile lorsque vous serez dans le pays d’accueil.
– Renseignez-vous sur votre couverture santé dans votre pays d’accueil.

6- Voiture:
– Faire une demande de permis international
à la préfecture (gratuit).
Selon les départements, cela peut prendre jusqu’à 8 semaines à obtenir. Le document est valable 2 ans et doit toujours être accompagné de votre permis français. Attention, selon les pays, la validité du permis sur leur territoire varie. Certains exigent de le transformer en permis de conduire local au bout de quelques mois (juste une formalité administrative s’il existe un accord entre la France et le pays d’accueil).
Pour info au Québec, on peut donc échanger son permis de conduire français (il nous sera rendu à notre départ du pays) contre un québécois sans avoir à repasser d’examen.
Pour info, pas besoin de permis international si on reste au sein de l’UE.
– Demander à son assurance un historique/relevés d’informations. Selon les pays (notamment au Canada), cela vous servira pour louer ou acheter un véhicule dans votre nouvelle contrée.
Si vous conservez votre voiture en France, la loi exige qu’elle soit assurée même si elle ne roule pas. Si le véhicule reste immobilisé pendant votre absence, il existe des « assurances parking/repos ».

7- Donner procuration à un proche de confiance:
Utile en cas d’urgence administrative en France, si vous souhaitez déléguer la vente de votre voiture/appart… Une lettre signée par vous et par celui en qui vous avez confiance suffit.

 

Voilà pour cette checklist côté France avant départ. Pour la checklist côté pays d’accueil avant départ (nouvelle banque, assurance santé, appart, abonnement tel,…), on verra une autre fois!

J’ai oublié des trucs?

 

*****

Autres liens utiles:

https://www.service-public.fr/
*Droits, démarches (changement d’adresse, demande de docs…)

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/services-aux-citoyens/preparer-son-expatriation/ et leur page Facebook
*Ministère des Affaires Etrangères

https://pvtistes.net/dossiers/preparer-son-depart-au-canada/
*La bible des PVTistes

 

Immigré:
Qui a quitté son pays d’origine pour s’installer dans un autre pays.

(définition du Larousse)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s