Week 1 et 2: Arriver et S’installer au Canada

Canada: arriver et s'installer

Presque 2 semaines que je suis arrivée à Montréal. Comment se passe l’installation?

Pour ces 2 ans en PVT, j’ai choisi une valise à roulettes plutôt que mon fidèle sac à dos tour du mondiste de mon périple d’avant. Tout un symbôle.

Après reflexion (ou alors parce que mes affaires ne rentraient pas dans mon 70L, va savoir) je me suis dit que cette expatriation ne serait pas tant sous le signe du baroudage que du posage. Et que contrairement à l’Amérique du Sud et à l’Asie, il y aurait des trottoirs pour faire rouler ma valise. Et que je n’allais pas me taper des kilomètres à pied avec mon sac en ayant besoin de mes 2 mains pour regarder un guide, chercher une info etc. Et que j’allais bien la poser ma valise. Donc finalement, les roulettes, c’est chouette.

29 kg. 2 fois plus que la dernière fois. Ca pèse lourd une combi de ski, des après-skis, des chaussures de rando, un manteau, un coupe-vent… Vive l’été! Mais 29 kg c’est raisonnable sachant que j’avais droit à 46 kg de bagages avec mon billet d’avion.

\Avion + Immigration
Rien à dire sur les 7h40 de vol Paris-Montreal si ce n’est un québécois body-buildé (non, pas de chemise à carreaux) dont les gros bras dépassaient un peu trop de notre accoudoir commun dans l’avion.
Rien à signaler sur l’étape bureau d’immigration: j’ai montré patte blanche (lettre d’introduction PVT, preuve d’assurance Santé, preuve de fonds bancaire), et 5 min plus tard on me donnait mon permis de travail. Date d’expiration: 18 juin 2019. A moi le Canada 🇨🇦

\Premiers pas montréalais
1h de bus plus tard, j’arrive à l’auberge de jeunesse réservée pour la semaine. Le temps de prendre mes quartiers et une douche vite fait, me voici dehors. 26°C, iI fait lourd. Je lève les yeux, j’aperçois une mouette. Cela me rassure un peu. Une ville qui accueille des mouettes ne peut pas vivre d’hiver si rigoureux, si? Si! Il est 23h30 heure française, fait faim! Cliché: je me mets en quête de la poutine parfaite, LE plat national québécois (frites recouvertes de grains de cheddar et de sauce brune). Je trouve une version végétarienne chez Patati Patata. Je la déguste assise au comptoir et je suis contente. A 21h, heure canadienne, je suis au lit, puis réveil naturel le lendemain à 6h30. Je n’ai pas vraiment ressenti le décalage horaire et me suis vite calé sur le rythme québécois (il y a 6h de moins ici).

\Premiers pas administratifs
Le reste de la semaine fut placé sous le signe des corvées administratives: obtenir un Numéro d’Assuré Social (le NAS, obligatoire pour “exister” au Canada et travailler), choisir un forfait téléphonique, ouvrir un compte en banque, trouver un appart. Dit comme ça, ça fait peur (merci l’image de l’Administration française et ses lourdeurs). Ici, fraîcheur du nouvel arrivant ou réalité (réalité), obtenir un NAS m’a pris 5 min (pas de file d’attente, accueil agréable, et un “bienvenue au Canada!” pour conclure), idem pour obtenir un numéro de téléphone canadien et ouvrir un forfait, un peu plus de temps pour ouvrir un compte bancaire car il y a quelques papiers à remplir et des explications à recevoir, mais aucune frustration à déplorer! Ici, ta pièce d’identité est ton graal. Pas besoin de justificatif de domicile, de contrat de travail ou que sais-je encore pour les démarches.

\Prise d’informations
J’ai assisté à une présentation sur les possibilités de visas pour obtenir la résidence permanente, organisé par la CITIM (le seul organisme qui accompagne gratuitement les PVTistes dans leur installation à Montréal. C’était top, j’ai appris plein de trucs. C’est encore un peu tôt pour se projeter dans une résidence permanente (ie rester dans le pays au bout de mes 2 ans de PVT) ou une citoyenneté canadienne, mais il est toujours bon de connaitre ses options.

J’ai aussi participé à leur atelier “Stratégie de recherche d’emploi au Québec et Adaptation du CV”. Là encore très intéressant, mais moins utile pour moi. Cette journée et demi m’a permis de constater que je m’étais bien préparée en amont sur les spécifités du marché du travail canadien et celles du CV québécois. En résumé: 80% des jobs sont “cachés” (cad aucune offre n’est publiée), tout marche avec le réseautage (LinkedIn est très utilisé ici par exemple). Et pour le CV: aucune info discrimante ne doit être mentionnée, pas de nationalité, âge, statut marital, photo; et on doit insister beaucoup plus sur ses compétences et réalisations professionelles, on s’en fout un peu de ta formation ici.

Et enfin, j’ai assisté cette semaine à une présentation du système bancaire canadien organisée par la Banque Nationale du Canada. Là encore je m’étais renseigné avant, mais il est toujours bon d’en remettre une couche, tant la culture est différente ici. Tout leur système est basé sur le crédit (nous sommes en Amérique après tout), si tu n’as pas de carte de crédit etou que tu ne l’utilises pas, tu n’existes pas financièrement (on ne pourra pas t’accorder de prêt, tu n’auras pas accès à certains jobs/logements…); et ici chaque transaction est payante (chaque retrait, chaque paiement, chaque virement…). Il est donc bon de maîtriser le sujet!

\Logement
Ma priorité du moment: trouver un appart! Je ne sais pas encore si je vais rester à Montréal, ça dépendra du boulot (ma 2è priorité!), je cherche donc une colocation: moins cher, moins de démarches administratives, plus facile pour s’intégrer. Depuis que je suis arrivée, j’ai visité une quinzaine d’apparts, et peut-être trouvé mon bonheur, j’attends des news du propriétaire. En attendant, je suis en auberge de jeunesse (~26$/17,50€ la nuit en dortoir). J’ai testé l’Auberge Alternative et M Montreal. Ca me rappelle des souvenirs, mais le standing est quand même beaucoup plus élevé qu’en Amérique du Sud ou en Asie 😉

 

Et puis au milieu de tout ça, j’ai un peu joué à la touriste, essayant au maximum de tout faire à pied, histoire de capter le pouls de la ville. Je vous en parlerai dans un article dédié. Mais je peux vous dire que ma première impression est que, même si je n’aime pas les villes, elle me plait bien cette ville.

 

Publicités

2 réflexions sur “Week 1 et 2: Arriver et S’installer au Canada

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s